fbpx
header-pre:
Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to Top

To Top

On 12, Abr 2018|In Bienvenue au Mexique | By coolhuntermx

‘Pour parlerons de créateurs qui appliquent les pratiques de développement durable dans leurs processus créatifs’

Tags | , , , , , , , ,

NOUS VOULONS GÉNÉRER UNE COMMUNAUTÉ RÉFLÉCHISSANTE ET CRITIQUE SUR LE SUJET QUE NOUS TRAITERONS CE MOIS: LE DÉVELOPPEMENT DURABLE.

12/04 2018

PHOTOS: COOLHUNTERMX
ART: Javier Campesino
TRADUCTION: Jennifer Grosvalet

Pourquoi nous avons décidés de parler de ce thème en avril?

Il y a 5 ans il était possible d’avoir un nouveau chemisier chaque semaine à bas prix, porter les dernières tendances et pouvoir jeter ses vêtements après chaque saison, eux qui auront coûté la vie à des centaines de personnes travaillant dans l’industrie du textile au Bangladesh.

Le 24 avril 2013, un édifice connu sous le nom de Rana Plaza, dans lequel était fabriqué des vêtements pour diverses entreprises transnationales de mode, c’est effondré laissant une blessure mortelle au système qui régit la façon dont nous consommons de la mode. Le bilan: 1 129 morts, et pratiquement 2 500 blessés.

Cet événement a révélé cette évidence que nous avions choisis d’ignorer depuis notre petit confort. Le fait que nous puissions acheter un vêtement pour 200 pesos ou moins est une indication que quelqu’un d’autre absorbe le prix réel qui est non seulement monétaire, mais social et environnemental.

Les événements du Bangladesh ont envahis les réseaux sociaux, révélant plus d’événement comme celui-ci et d’ou a surgit des initiatives comme le mouvement Fashion Revolution , cette année s’ajoute également People Tree , Fair Trade Certified Shopping Guides  , entre autres.

« Le moment où la mode est entrée dans le marché de masse, l’investissement du capital économique a mis fin à l’innovation, car innover signifie risquer, avoir des erreurs, créer ce qui représente des pertes monétaires pour les investisseurs, mais c’est l’essence même de la mode. Cela a créé la tombe de celui-ci. C’est la première fois que la mode nous montre que nous devrions voir la situation d’un autre point de vue. Nous devons aller vers une autre façon de créer. »

Li Edelkoort, analista de tendencias y directora de Trend Tablet en entrevista para la TV 5

Sur la table est le besoin urgent de créer et de promouvoir des propositions et des projets qui considèrent les droits humains et environnementaux, quelque chose que tous ou la plupart des industries, y compris créatives et culturelles, telles que la mode, l’architecture, le design industriel et les objets, etc., ont décidé d’ignorer ou n’ont pas réussi à répondre correctement.

FOAM

Il y a presque deux ans dans The Guardian, un article exposait 7 problèmes qui détruisaient notre planète et le premier sur la liste était l’hyperconsommation, une pratique où nous participons à une chaîne de marché libre qui favorise le gaspillage et encourage l’achat de choses que nous n’avons vraiment pas besoin.

Dans cette ligne de pensée, il est inévitable de considérer le rôle que le design a joué, un scénario dans lequel d’innombrables versions du même produit sont générées et / ou développées d’innombrables pièces faisant appel à l’innovation, aux tendances, au nouveau, au designer actuel ou au matériau «à la mode».

Dans l’architecture, ce ne sont pas seulement les certifications LEED et le label «durable», comme l’a déclaré Gabriela Carrillo, architecte de Taller Mauricio Rocha + Gabriela Carrillo, lorsqu’un projet est certifié pour l’utilisation de «matériaux locaux». dans tous les cas, de «durabilité», mais de bon sens quand il s’agit d’efficacité et de gestion des ressources pendant la construction.

Mais, d’un autre côté, nous voyons aussi des pratiques de construction sur des bâtiments préexistants; où les œuvres ayant un héritage historique et structurel important sont restaurées et sont intervenues, ce qui a un impact positif.

C37

Au-delà de la mise en évidence du problème et du manque de solutions, nous devons réfléchir à des propositions à long terme qui produisent un impact positif en tant que responsabilité de et pour tous. Et le design, en tant que pratique, n’est pas étranger à être utilisé comme un outil ou une méthodologie pour la création de projets dans les processus de création et de gestion, ils doivent être repensés pour tenir compte des facteurs humains, sociaux et environnementaux.

Ce mois-ci, nous explorons comment cette philosophie de travail est développée au Mexique, principalement dans les domaines du design et de la mode, en abordant les créatifs qui appliquent les pratiques de développement durable à leurs processus créatifs et commerciaux, ainsi que les agents qui cherchent à créer alternatives de création et de consommation.

Aware