fbpx
header-pre:
Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to Top

To Top

On 20, Mar 2018|In Uncategorized | By coolhuntermx

‘Ce mouvement vise à habiliter les consommateurs et les entreprises à agir - vous avez le pouvoir de changer et d'améliorer l'industrie de la mode’

Tags | , , , , , ,

LE MOIS D’AVRIL EST CRUCIAL POUR L’INDUSTRIE DE LA MODE, NON PAS POUR LES SHOWS DE MODE. DIFFÉRENTS ÉVÉNEMENTS MONDIAUX ÉTABLI CE MOIS COMME L'IDÉAL POUR SENSIBILISER LA FORME DANS LAQUELLE LES VÊTEMENTS SONT PRODUITS.

20/03 2018

TEXTE: Helen Schultheis para Luv.it
TRADUCTION: Jennifer Grosvalet

Luv.it est une plateforme internationale qui rassemble des designers et amants de la mode de tous  les coins du monde et les invite à consommer la mode de manière consciente.

En nous préparant pour les prochains événements de l’industrie en avril, nous nous joignons à cette plate-forme pour explorer ce qu’est le commerce équitable, la révolution de la mode et les pratiques durables.

***

Dans notre premier article de notre nouvelle série à propos du commerce équitable et des processus durables dans la mode, nous avons définis le mouvement du commerce équitable et nous avons expliqué comment les consommateurs peuvent affecter positivement le monde en développement avec ses achats. Ce mouvement tente d’encourager les consommateurs et les entreprises à agir – tu as le pouvoir de changer et d’améliorer l’industrie de la mode.

Tout comme nous exigeons de nos membres du congrès et organisons des marches contre l’injustice et la corruption du gouvernement, nous pouvons également nous lever contre l’industrie de la mode, et ses pratiques déloyales qui nuisent au pays en développement. Nous pouvons- et nous devons- questionner tout le monde.

Qu’est-ce que le commerce équitable ?

Il est possible que tu aies vu des sacs pour aller faire tes courses ou il est inscrit « commerce équitable »  dans les marchés locaux ou bien t’acheté un café ou un chocolat avec le logo du commerce équitable. La majeur partie des gens est familiarisée avec ces deux produits, mais il existe d’autres catégories, comme la beauté et les articles pour la maison, qui commencent à gagner du terrain avec le commerce équitable. Aujourd’hui les vêtements commence à porter l’inscription « commerce équitable », et sincèrement il n’y a pas meilleur moment.

La WFTO (Organisation Mondiale du Commerce Equitable) définit le commerce équitable comme: « Une association commerciale, basée sur le dialogue, la transparence et le respect, à la recherche d’une meilleure équité dans le commerce international. Contribuant au développement durable pour office de meilleures conditions commerciales et garantir les droits des producteurs et des travailleurs marginaux- spécifiquement dans le sud. »

Tu peux travailler dans l’industrie de la mode ou dans une boutique de mode, il doit rester clair que le commerce équitable est un mouvement dans lequel tout le monde peut participer.

Les entreprises qui travaillent avec la certification commerce équitable doivent payer de manière « juste » les matériaux ou la marchandises indépendamment des fluctuations du marché. Cela permet aux agriculteurs du tiers monde, aux artisans et travailleurs d’usine d’avoir la chance de contrôler ses bénéfices et donc d’améliorer sa vie.

Avec l’éthique en premier plan de ce mouvement, le commerce équitable existe pour réduire la pauvreté, mettre en avant la transparence concernant les prix dans les commerces et assurer des conditions de travail humaines. Les principes et le statut de la WFTO sont devenus une norme mondiale pour « différencier ce qui est juste et ce qui est injuste ».

Pourquoi les consommateurs et les entreprises doivent examiner les vêtements qu’ils achètent?

Beaucoup de producteurs dans les pays en développement fabriquent des vêtements pour les marques de « mode rapide » et cela dans des conditions inimaginables et malsaines, ils souffrent d’abus et sont extrêmement mal payés. Souvent, les agriculteurs et artisans ne sont pas beaucoup mieux de leur côté, ils travaillent jusqu’à l’os et vivent dans une pauvreté extrême.

En 2009, l’organisation à crée le Copenhagen Fashion Summit afin d’enquêter sur les ramifications éthiques, sociales et environnementales de l’industrie de la mode. L’organisation présente ses recherches durant un événement annuel.

Le rapport de 2017: Pulse of the Fashion Industry indique, « Les salaires minimaux dans l’industrie de la mode sont équivalent à la moitié d’un salaire digne ». En relation avec la santé et la sécurité des employés, les chiffres sont sombres: « Si le commerce continue sur cette comme cela on pense que les préjudices dans l’industrie atteindront 1.6 millions en 2030 contre 1.4 million aujourd’hui », en accord avec le rapport.

Curieusement les experts disent que la vente de vêtements devrait augmenter considérablement dans un futur proche. Sans aucun doute cela est une bonne nouvelle pour les boutiques de mode, mais cela signifie également un déclin rapide pour l’éthique, les salaires et l’environnement dans le tiers monde. Les tragédies indescriptibles comme celle de l’effondrement du Rana Plaza en 2013 pourraient augmenter, tuer plus d’employés innocents. D’un autre côté les entreprises qui choisissent de réduire les coûts et mettre en danger des personnes innocentes prennent le risque d’endommager leur réputation et leur valeur sur le marché.

Une initiative de développent durable et de conseil nommé McKinsey & Company prévient que « l’empreinte de l’industrie pourrait s’étendre proportionnellement aux catastrophes sir les activités continue comme cela à jamais ».

En général, cette information frappe le consommateur. Est-ce que tu achèterais une robe pour 10$ en sachant que la personne qui la faite va gagner un peu moins d’1$ par jour (et fera probablement une dizaine de robe par jour)? Il est probable que les consommateurs qui sont consternés par les « diamants de sang » dans les marchés auront le même sentiment pour les usine de vêtement, s’ils connaissent les conditions qui leur permet d’acheter des vêtements si peu cher.

Heureusement, il y a de plus en plus d’organisations et d’initiatives de la part des marques qui sont en train de mettre en oeuvre des practiques de commerce équitable et qui éduquent le public sur les bénéfices, comme par exemple la WFTO et McKinsey. Ces groupes pourraient enseigner de nouvelles compétences aux travailleurs de l’industrie de la mode, veiller à ce que les travailleurs ne soient pas discriminés injustement, exposer les entreprises qui utilisent le travail des enfants et créer une sensibilisation générale dans l’industrie.

Aware